cgt distrilap

cgt distrilap

LA CASSE CONTINUE

FERMETURES ET VENTES DE MAGASINS: LA DIRECTION EMPLIFIE LA CASSE SOCIALE !

Malgré des résultats catastrophiques des 2 premières vagues  de magasins cédés à des mandataires indépendants, LAPEYRE continue de se saborder  en abandonnant encore 5 magasins.

Le 1er janvier 2014, les salariés des magasins de LORIENT, VANNES, LE HAVRES, NIMES, ALES, CHARTRES, COIGNIERES, VALENCE et MONTELIMART étaient les premières victimes de cette restructuration.

Le 1er janvier  2015, c’était ceux d’ORLEANS, MONTARGIS, CLERMONT-FERRAND, LE PUY EN VELAY, VICHY, BORDEAUX-MERIGNAC, LA TESTE, MEAUX, GRENOBLE, LA ROCHE SUR YON, LE MANS et SAINT- ETIENNE qui étaient à leur tour abandonnés à des mandataires indépendants.

Alors que ces nouveaux mandataires allaient mieux exploiter les magasins que DISTRILAP (dixit la direction), leurs chiffres d’affaire font apparaitre au global une baisse plus importante que le reste du réseau, avec pour conséquence, un raz de marée de départs volontaires et de collègues poussés vers la sortie.

Les conditions de travail et les droits des salariés de ces magasins n’ont jamais été autant mis à mal : dénonciation des accords (13ème mois…), baisse du pouvoir d’achat (augmentation de la mutuelle…), pressions managériales, licenciements abusifs, ruptures conventionnelles…

Le Président du Groupe LAPEYRE, Patrick BERTRAND vient de partir à la retraite. Sous sa présidence, le CA a fortement régressé, plus de 1000 postes ont été supprimés sur l’ensemble du Groupe, plusieurs usines subissent du chômage technique, d’autres des PSE, 14 magasins LAPEYRE ont été fermé.

Son successeur Thomas PETUAUD-LETANG de retour chez LAPEYRE depuis 1 an continue la casse sociale.  Déjà à son actif, il y a la fermeture des magasins de SAINT-MALO et VERDUN (8 personnes), la suppression de 9 postes sur les magasins de LAVAL, SAINT-NAZAIRES et MULHOUSE et l’abandon des magasins de REIMS, CHARLEVILLE-MEZIERES, GRIGNY, LA CROIX BLANCHE et LES ULIS (95 salariés) à des mandataires indépendants. Même les magasins rentables ne seront pas épargnés par ces réorganisations destructrices de nos emplois.

A l’instar de son prédécesseur, notre nouveau président rationnalise les coûts en s’attaquant aux salariés, moyen facile pour contenir la dégringolade. Sauf que la réduction des effectifs entraine inexorablement une détérioration de la qualité de notre travail, de l’accueil et du service client et de notre sécurité au quotidien. Alors que dans le même temps notre société a bénéficié de réductions considérables de cotisations (allègement Fillion), de crédit d’impôt (CICE) censé financer entre autres le recrutement !   Mais qu'ont-ils fait de tout cet argent ?

Les Directions successives sont les seules responsables du fiasco où l’on se trouve actuellement. Et ce n’est pas avec les nouvelles « mesurettes » de la direction que l’activité va redémarrer et que nos emplois vont être préservés. 



10/07/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Politique & Société pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres